La musique Zen et zèbre pour les hypersensibles - coup de coeur

Paroles – A la faveur de l’automne

5/5

Explications des paroles de la chanson A la faveur de l’automne

À la faveur de l’automne est une chanson de Tété, issue de leur album À la faveur de l’automne (2001). Les paroles sont écrites par Tété.

Cette chanson aborde le thème de la mélancolie au travers de la métaphore de l’automne, ainsi que de la rupture amoureuse. 

Grâce à l’utilisation d’un champ lexical évoquant la pluie, la monotonie des nuits qui se rallongent, les paroles évoquent la mélancolie de l’esprit, la tristesse que l’on ressent lors d’une séparation (les pleurs, le sentiment de solitude..)

Mais dans cette chanson, on ressent également un besoin de se confier,  la douceur de prendre soin de soi, de se recentrer, afin de pouvoir se remettre et avancer, l’évidence de tirer un trait sur un passé douloureux, accepter ses émotions..

Voici les paroles de la chanson :

Chanson A la faveur de l'automne de Tété sur la mélancolie, la nostalgie, la rupture amoureuse (lyrics) Zen et Zèbre
Clic pour commander l'album sur Amazon

Paroles

Posté devant la fenêtre je guette
Les âmes esseulées,
À la faveur de l’automne.
Posté devant la fenêtre, je regretteDe n’y avoir songé,
Maintenant que tu abandonnes.
 
À la faveur de l’automne,
Revient cette douce mélancolie.Un, deux, trois, quatre,
un peu comme on fredonneDe vieilles mélodies.
 
Rivé devant le téléphone j’attendsQue tu daignes m’appeler,
Que tu te décides enfin.
Toi, tes allures de garçonne
Rompiez un peu la monotonie
De mes journées, de mes nuits.
 
À la faveur de l’automne
revient cette douce mélancolie.
Un, deux, trois, quatre,
un peu comme on fredonneDe vieilles mélodies.
À la faveur de l’automne
Tu redonnes à ma mélancolie
Ses couleurs de super-scopitone.
 
Oh, oh, oh,
à la faveur de l’automneOh oh,
à la faveur de l’automne, ohÀ la faveur de l’automne, oh
 
Comment ai-je pu seulement être aussi bête?On m’avait prévenu, voici la vérité nue.
(Et là)
Et là, manquerait plus que le mauvais temps s’y metteUne goutte de pluie,
Et j’aurais vraiment tout perdu.
 
À la faveur de l’automne
revient cette douce mélancolieUn, deux, trois, quatre,
un peu comme on fredonneDe vieilles mélodies
 
À la faveur de l’automne,
Tu redonnes à ma mélancolieSes couleurs de super-scopitone
 
Oh, oh, oh, à la faveur de l’automne

Zen & Zèbre

N'hésitez pas à partager cet article!

Recevez mes conseils et astuces pour mieux vivre votre hypersensibilité et votre haut potentiel

(en cliquant sur ce bouton, vous allez vous abonner à la newsletter de Zen&Zèbre. Vous recevrez les derniers articles partagés sur le site, les nouveautés… Vous pouvez à tout moment vous désabonner si vous le souhaitez)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
30 − 30 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.