Article-minimalisme-Zen-Zebre-Audrey-Janvier-Image-Title

Le minimalisme

5/5
SOCIAL SHARE
white-ceramic-mug-on-bed

Le minimalisme: une tendance au service de notre bien-être intérieur

Le minimalisme n’est pas un concept nouveau, mais ces derniers temps il prend de l’ampleur.

Être zen grâce à un environnement zen, une belle intention pas toujours évidente à mettre en place lorsqu’on est hypersensible. Voici en quoi ce mode de vie peut vous aider à vous sentir mieux dans votre vie mais surtout dans votre mental. 

minimalisme-less-more-desencombrer

Le minimalisme, un mode de vie

 

Un esprit sain dans un corps sain, un esprit sain dans un environnement sain

Le minimalisme est avant tout un état d’esprit, un désir de se simplifier la vie. C’est choisir de se délester du superflu pour vivre uniquement avec ce qui nous est essentiel. Un retour à l’essentiel qui s’accompagne d’un désencombrement massif de notre foyer, et d’une réflexion autour de ses habitudes de consommation.

 

Adopter un mode de vie minimaliste, C’est choisir d’avoir moins d’objets, se recentrer sur ce qui compte vraiment pour nous, désencombrer ses espaces de vie, consommer moins et avec réflexion, voilà comment nous pourrions résumer ce mode de vie.

 

Le minimalisme, aux antipodes de l’hypersensibilité?

minimalist-maison-home-konmari

“J’aime mon bordel, je m’y sens bien”, “je n’aime pas les maisons aseptisées, j’ai l’impression d’étouffer”, difficile pour beaucoup de zèbres d’envisager de vivre dans un espace épuré et désencombré. 

 

A la fois un besoin et une croyance limitante, l’encombrement de l’espace paraît vital aux yeux des personnes hypersensibles, comme un forme de réassurance de sentir tous les objets autour d’eux, de les voir pour ne pas les chercher, une impression de chaleur et de convivialité, de liberté de vivre sans avoir peur de déranger ou de salir, une adéquation enfin avec l’esprit lui-même encombré et surchargé, et pourtant tellement efficace.

 

Les objets qui nous entourent sont porteurs de souvenirs que nous leur ancrons, des bons souvenirs mais souvent des souvenirs chargés et lourds de sens, négatifs ou tristes, porteurs de colère ou d’amertume. Chaque vision de ces objets fait ressurgir les émotions liées aux souvenirs. Ces objets “souvenirs” s’accumulent dans nos placards ou sur des étagères, nous n’osons pas nous en défaire de peur de perdre ce souvenir.

Nous accumulons aussi  chaque jour des objets “en attendant”. Ce sont qui attendant qu’on s’occupe d’eux mais qu’on oublie souvent, par manque de temps ou d’énergie, et ils s’entassent, eux aussi, sur une table ou une panière.

Il y a aussi les objets “au cas où”. Ceux que l’on garde car on est convaincu qu’ils serviront un jour, parce qu’on a le projet de s’en servir, de les réparer…

 

Et pourtant, rien de mieux qu’un espace zen pour apaiser l’esprit, se concentrer, se connecter à l’instant présent. Au contraire de l’encombrement, les zèbres ont besoin de minimalisme et d’espaces épurés afin de se libérer d’autant de sources d’émotions, de stress et de pensées phagocytantes. Vous verrez pourquoi dans la suite de l’article.

Bien sûr, vous pouvez adopter ce mode de vie à votre rythme, pas à pas, si l’idée même vous angoisse de vous défaire de vos affaires, mais essayez pas à pas et vous verrez les bienfaits sur votre esprit.

Le minimalisme, à l’opposé de la charge mentale

Comme nous l’avons vu, l’environnement dans lequel nous vivons, que ce soit notre maison, notre lieu de travail, notre voiture… influe sur notre mental. Les objets souvenirs que nous conservons sont chargés d’émotions et de pensées. Les objets en attendant de les traiter s’accumulent dans notre espace de vie. 

Mais le minimalisme s’applique dans bien d’autres domaines encore, autant de sources de stress, de pensées, de réflexions qui remplissent, surchargent notre mental au point de nous faire “pêter un cable”.

 

Depuis quelques années, le terme de charge mentale est devenu à la mode. Définie en sociologie comme étant l’ensemble des opérations mentales opérées par un individu, elle désigne autant la charge mentale ménagère, induite aux personnes qui s’occupent du ménage, des courses et des enfants à la maison (majoritairement les femmes) que la charge mentale du travail ou du quotidien (prise de rendez-vous, de médicament…)

 

Au delà de l’effet de mode qui a vu se multiplier articles et vidéos sur le sujet, la notion de charge mentale est un phénomène bien réel qui touche chacun d’entre nous à un degré différent, plus ou moins fort, mais les zèbres y sont certainement plus sensibles. Entre un besoin de justice qui pousse à toujours prendre sa part, le besoin de rendre service, la culpabilité que l’on a du mal à s’empêcher de ressentir… tout cela pousse à en prendre toujours plus sur nos frêles épaules.

Le minimalisme, un état d’esprit zen

maison-deco-zen-hygge-design-boheme

Le minimalisme est donc une réponse à ce phénomène sociologique de charge mentale.

En notant dans un agenda ou une application toutes les petites choses que vous avez à penser à faire, vous les enlevez de votre esprit. En supprimant les objets inutiles chez vous, en triant ce que vous ne souhaitez pas voir tous les jours, vous soulagez votre esprit de tout un flot de pensées parasites. 

 

Bien sûr, minimaliste ne veut pas dire vide, sans âme, aseptisé. Le but de cette démarche est au contraire plein de sens: se défaire de tout ce qui est chargé d’émotions négatives pour ne conserver que ce qui apporte du positif ou de la sérénité. Il s’agit de créer une ambiance qui vous fait du bien, vous apaise ou vous rend heureux, que ce soit dans un esprit zen, indus, hygge ou bohème. Il faut que vous vous sentiez bien chez vous, que vous ressentiez du plaisir et de la gratitude à rentrer chez vous.

Cette démarche requiert un lâcher-prise sur ses émotions et ses souvenirs, des étapes pas toujours évidentes à franchir (vous verrez dans ma sélection de conseils que je vous invite à respecter votre cheminement sans vous forcer si vous rencontrer des difficultés à vous séparer de certains objets). Cela requiert aussi des questionnements sur notre mode de vie, mais aussi sur ce que nous souhaitons et pourquoi nous le souhaitons. Il n’est pas rare de refuser de vouloir désencombrer par peur du manque ou du vide, ou par jalousie. Ces questionnements et ces doutes sont autant de signaux que notre mental nous envoie lorsque nous sommes prêt à les recevoir et les étudier. Alors prenez le temps de vous écouter vous, sans jugement ni envers vous ni envers autrui, respectez-vous et faites-vous plaisir.

Vous parviendrez même à gagner du temps petit à petit grâce à une meilleure organisation et un esprit plus allégé.

 

 

Le minimalisme, une source de bien-être

Selon la japonaise Marie Kondo, « vivre dans une maison ordonnée influe de manière positive sur tous les aspects de votre vie. »

 

Pour résumer, le minimalisme, source de bien-être, c’est l’art de lâcher prise.

 

Un espace encombré est également source d’encombrement de votre mental. Les souvenirs que vous associez aux objets surgissent à chaque fois que vous les voyez (et chez les hypersensibles, l’ancrage d’émotions fonctionne très bien!), le stress de ce qu’on ne doit pas oublier de s’occuper (ah oui, je devais faire ça..), le temps passé à chercher un objet perdu…. 

 

Au contraire, un espace zen permet de supprimer autant de sources de stress, de se libérer de souvenirs et de pensées négatives ou inutiles, de se concentrer sur ce qui nous plait et nous motive. Cet espace devient un lieu qui nous apaise, qui favorise la concentration, le sommeil…

Voici une liste non-exhaustive des bienfaits d’un espace zen:

– on respire: dans une maison désencombrée, on se sent plus léger, plus apaisé.

– on prend soin facilement de son intérieur: le ménage et le rangement sont plus simples et plus rapides à faire

– on se simplifie l’existence: moins de choses à gérer, moins de stress, moins de choix à faire.

– on se recentre sur ses véritables priorités, on consacre son temps pour faire ce que l’on aime.

– on se déleste de ce qui rattache au passé, aux souvenirs désagréables.

– on apprend à lâcher prise

– on économise: on achète uniquement des choses qui nous sont utiles.

– on filtre le superflu, ce qui remplit inutilement notre temps.

 

– on crée un espace à soi de bien-être et de repos, chez soi ou dans son esprit grâce à la méditation et à la pleine conscience. On peut se ressourcer dès qu’on en ressent le besoin car on apprend à écouter ses besoins qui sont simples.

Le minimaliste, les étapes clés de la transition:

Zen-fleur-lotus-minimalisme

1- Le constat d’une vie encombrée: on court après le temps, on croule sous le ménage, on étouffe dans le désordre, on craque face aux obligations. La charge mentale! 

 

2- Un déclic: la lecture d’un livre ou un article, ou hélas très souvent une overdose, le burn-out.

 

3- Une prise de conscience sur notre société de consommation: notre société moderne nous pousse, à travers la publicité, le marketing, à acheter toujours plus de produits, neufs de surcroît, sans nous laisser le temps de réfléchir à notre besoin réel. Est-ce vraiment ce que nous voulons? 

 

4- Un bilan sur soi-même, quel est mon essentiel? en prenant ce temps de réflexion sur soi-même, on découvre enfin la vraie valeur de ce qui nous entoure. Qu’est ce qui est vraiment indispensable à notre bien-être?

 

5- Le début du désencombrement: on commence alors à réfléchir à l’utilité de chaque objet, on ne garde que l’essentiel et on se sépare enfin du superflus. L’occasion souvent de doubler la prise de conscience: comment on a pu amasser autant d’objets et penser que ça nous rendrait heureux?

 

6- Changer ses habitudes d’accumulation: c’est aussi admettre enfin que nous sommes responsable de ce bilan, que c’est nous qui consommons, accumulons et encombrons notre espace de vie.  On découvre alors le pouvoir de la déconsommation.

 

7- Savourer le bienfait d’une maison épurée, rangée: savourer aussi le gain de temps que nous procure une maison simple à ranger et à nettoyer, un temps que l’on peut consacrer à notre famille et nos activités préférées.

 

Bonus- Désencombrer son lieu de travail, son ordinateur, ses relations, ses activités, ses obligations (encore la fameuse charge mentale)

Le minimalisme, la méthode:

Devenues effets de mode ces dernières années, vous aurez l’embarras du choix concernant la méthode à choisir de suivre pour désencombrer et vous organiser. Vous pouvez d’ailleurs tout à fait suivre plusieurs méthodes, les mixer… Et pourquoi pas peut-être créer votre propre méthode?

 

Et pourquoi ne pas également utiliser la technique de la visualisation pour vous donner envie de commencer? Cherchez quelques photos qui vous plaisent de salon ou de chambre épurée, aux douces couleurs, hygge ou zen, créez vous un tableau de visualisation à partir de toutes ces photos. Et chaque jour, prenez quelques minutes pour visualiser votre espace, comme vous le souhaiteriez, fermez les yeux pour vous immerger et laissez vous imprégner du bien-être que cela vous procure.

 

Concernant sa maison, il y a plusieurs façons de procéder au désencombrement. Plutôt konmari (on trie tout d’un coup) ou plutôt flylady (on trie petit à petit)? je vous explique tout ça dans un prochain article

 

Concernant son esprit, je conseille la méthode du Bullet Journal ou bien du M3 Journal, une bonne façon de coucher sur papier toutes les choses du quotidien qui nous vampirise l’esprit.

 

Bonus: mon conseil Zen&Zebre:

white-ceramic-mug-on-bed
  • créez vos propres routines, à votre rythme. Plutôt le matin ou plutôt le soir? Plutôt tous les jours ou certains moment s dans la semaine?
  • planifiez dans un cahier, des post-its ou des applis, faites des trackers

  • commencez par désencombrer ce qui ne touche pas à votre affect. Si vous sentez que vous bloquez, c’est peut-être que ces  objets qui réveillent en vous quelque chose de trop sensible.

  • restez au maximum dans le positif, observez les résultats, pourquoi pas grâce à des photos avant/après.

  • Respectez-vous, écoutez-vous.

  • Faites-vous plaisir  

 

Zen & Zèbre

N'hésitez pas à partager cet article!

SOCIAL SHARE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 21 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.